Merci de respecter les droits d'auteurs et de ne pas reproduire les textes de ce blog sans autorisation préalable (me contacter). Les textes cités en 'chapeaux' sont du domaine public ou appartiennent à leurs auteurs respectifs.

N'hésitez pas à laisser des commentaires !

samedi 12 octobre 2013

À l'horizon !

"Omnia vincit amor"
(VIRGILE, Les Bucoliques, X°)


Aussi gris, aussi lourd que le ciel nous paraisse,
Ce ne sont là qu'ombres et nuages sans poids ;
Au loin l'horizon demeure éclairé
D'un bleu léger…


samedi 9 mars 2013

Quatrain pour une topaze.

"Voyez comme il est grand, l'amour
dont le Père nous a comblés !"

(1° lettre de St JEAN, III, 1.)


Petite fleur bleue, partie loin de moi
Pour scintiller, douce présence ;
Signe d'amour et d'espérance…
Au sein de la nuit, étoile de foi.

à ma fiancée,
C.S. Indhal



vendredi 22 février 2013

La nef de pierre

" Fluctuat nec mergitur… "


C'est un pesant esquif que jamais rien ne noie.
Parfois bien terne et gris, souvent d'un blanc de nacre,
Ou de lumière et d'or quand le levant te sacre.
Frêle, mais survivant à maints écueils sournois.

À l'écume ordinaire, au bleu des éléments,
Son flanc répand l'éclat de l'émeraude, chère
Espérance ! Le pilote assis dans sa chaire
Ressent tous les ressacs, les tensions du gréement…

Capitaine prudent sous de rudes climats,
Il sait d'un vent nouveau orienter le grand mât
Vers l'aube pourpre et mauve aux reflets incendiaires.

Il enseigne surtout, pour qu'au lourd gouvernail
Un autre sagement lui succède. L'émail
Du tillac dure ; et à sa main l'anneau de pierre.

jeudi 25 octobre 2012

En toi...

" Ami des hommes, vois leur peine
Et donne-leur la joie d'aimer "

(Hymne des complies du jeudi)


Ô que ma vie en toi repose
Au long des jours et dans mes nuits
Quand mon âme et mes yeux se closent
Fatigués par tant d'aujourd'hui

Ô gémissant de ma faiblesse
Si j'avance fidèlement
C'est que jamais tu ne me laisses
Seul angoissé fragilement

Ô quel secours que cette grâce
Qu'en rien je ne peux mériter
Oui, que ce souffle qui m'embrasse
Je suive avec docilité.

lundi 20 août 2012

Nouveau Départ

" Ohé, garçon, garçon !
Toi qui cherches, toi qui doutes… "

(E.-J. REGRETTIER, «L'appel de la Route»)


Voilà, tu t'en vas
Suivre ta propre Route
Pas si loin de la mienne
Différente pourtant.

J'étais là, face à toi,
Dans une douce lumière
Qui nous dépasse tous deux ;
Et encore, fidèlement,
J'ai exigé de toi le meilleur...

Mais cette fois était différente de toute autre,
Car elle venait de toi, mon frère.

à J-C, bonne Route !

mercredi 15 août 2012

Restera toujours à dire

" Il y a une question dans « Je t'aime »
Qui demande : « M'aimes-tu, toi ? » …"

(J.J. GOLDMAN, « Sache que je… », 1997)


D'un nouveau né fragile à sa mère, sans mot ;
D'un fils d'homme, un petit, au père qui console ;
D'un enfant plus âgé, quand on soigne ses maux
En un câlin, un regard, rire ou cabriole…
…… Je t'aime !

Puis d'un adolescent, jusque dans ses refus :
Il en a soif encor, et dans les conflits même…
Puis tout jeune homme aussi, plus discret, plus confus,
Quand sans le dire il vient déposer ses problèmes...
…… Je t'aime.

D'un homme à un ami fidèle, simplement,
En frères, sans discours ; ou avec, longues heures
Fraternelles ! Et doucement, finalement,
à celle seule qui sut souhaiter ce bonheur :
…… Je t'aime…

Et à toi qui sur ma Route veille toujours,
Ô ma Reine et ma Mère ! Et chaque frère autour...
…… Je t'aime.

à NdC

vendredi 13 juillet 2012

Wind and lights in the branches

" Bien qu'il n'y eût pas un souffle d'air, tous frémirent autour d'elle.
Le bruissement de leurs feuilles ressemblait à des mots.
Le rossignol arrêta de chanter, comme s'il voulait écouter.
Lucy sentit que, d'un moment à l'autre, elle commencerait
à comprendre ce que les arbres essayaient de lui dire.
Mais ce moment ne vint pas. Le bruissement s'évanouit.
Le rossignol reprit son chant. Et, même dans le clair de lune,
le bois retrouva un aspect plus ordinaire. "

(Clive Staple LEWIS, Le Prince Caspian )


Human kind ! Who can see the light in the distance ?
Can we hear in the deepest woods the slow trees' song,
Whispers of fears and regrets ? Can we know their dance,
When full of winds, they quietly moove, proud and strong ?

Fed from earth and water, breathing daylight and life ;
Teached by the moon, speaking with stars, they are pillars
From the past, with leaves as bright as an elvish knife
Or shield. Soldiers and artists are oaks and poplars…

Alone I was, roaming between forest and sea,
Which were both shaded by the blue light of a star…
Weakness was in my chest, and in my heart a scar.

I hoped to understand their secrets, far from lawn ;
But now I have found another path. For the dawn
Wakes me up… And by the hills, I will come to thee.